Combler l’écart entre les études sur les animaux et les nouveaux traitements pour les personnes souffrant de douleur chronique

Mike Hildebrand
Mike Hildebrand

Mike Hildebrand de l’Université Carleton et ses partenaires publient de nouvelles recherches sur la gestion de la douleur chronique. Le manque de traitements efficaces a créé une crise sanitaire majeure touchant un Canadien sur cinq.

L’épidémie d’opioïdes a mis en lumière l’ampleur de ce problème clinique ainsi que le besoin urgent de traitements plus sûrs et plus efficaces pour la douleur.

« Pour développer de nouvelles options pharmacologiques, les chercheurs en douleur étudient les facteurs qui mènent à une signalisation de la douleur hors de contrôle », a déclaré Hildebrand, professeur au Département de neuroscience.

La plupart des études sur la douleur utilisent des modèles animaux de rongeurs des douleurs chroniques, telles que la sciatique, les neuropathies et l’arthrite. Quand des cibles et composés thérapeutiques sont identifiés et démontrés comme sécuritaires, les chercheurs passent aux tests sur les humains. Jusqu’à récemment, l’une des principales lacunes de ce processus de développement consistait à déterminer si les mécanismes pathologiques et les cibles de la douleur identifiés à l’aide de modèles de rongeurs étaient impliqués dans la signalisation de la douleur chronique chez l’homme.

Une collaboration entre le laboratoire de recherche sur la douleur de Hildebrand à Carleton, la chercheuse en neurochirurgie, la Dre Eve Tsai de l’Hôpital d’Ottawa et l’Université d’Ottawa, et des chercheurs de l’Université Yale et de l’Université Laval s’attaque à ce problème de « traduction » de la douleur. L’équipe a récemment publié ses premiers résultats dans la revue de neurologie Brain. Grâce à l’accès unique de Tsai au tissu viable de la moelle épinière provenant de donneurs d’organes humains (rendu possible par le geste désintéressé des donneurs d’organes et de leurs familles), les chercheurs ont pu développer un modèle de signalisation de la douleur chronique dans le tissu de la moelle épinière humaine.

Une boucle de rétroaction douloureuse peut être une cause fondamentale de nombreuses affections douloureuses chroniques chez l’homme et inclut de nouvelles cibles moléculaires potentielles pour le développement pharmacologique futur.

«Notre programme de recherche sur la moelle épinière humaine est essentiel non seulement pour la recherche sur la douleur chronique, mais également pour les études sur la régénération du cerveau et de la moelle épinière», a déclaré le Dr Tsai. « Nous sommes particulièrement bien placés à L’Hôpital d’Ottawa pour traduire ces découvertes en de nouveaux traitements prometteurs. »

 

Source du texte et de l’image: Université Carleton

https://newsroom.carleton.ca/2019/carletons-mike-hildebrand-and-fellow-researchers-bridge-the-gap-between-animal-studies-and-new-treatments-for-chronic-pain-sufferers/

Traduction : CAN-ACN

Article de recherche original:

Dedek A, Xu J, Kandegedara CM, Lorenzo LÉ, Godin AG, De Koninck Y, Lombroso PJ, Tsai EC, Hildebrand ME. Loss of STEP61 couples disinhibition to N-methyl-d-aspartate receptor potentiation in rodent and human spinal pain processing. Brain. 2019 Jun 1;142(6):1535-1546. doi: 10.1093/brain/awz105.