Nouvelles de neuroscience canadiennes

Ralentir la progression de la sclérose en plaques

Alexandre Prat CREDIT: BONESSO-DUMAS
Alexandre Prat
CREDIT: BONESSO-DUMAS

En découvrant une molécule qui freine la progression de la sclérose en plaques, des chercheurs du CRCHUM ouvrent la voie à de nouvelles thérapies pour les 77 000 Canadiens touchés par cette maladie.

Plus de 77 000 Canadiens sont touchés par la sclérose en plaques, une maladie dont les causes demeurent inconnues. Actuellement, ils n’ont aucun espoir de guérison. Dans une étude publiée dans Science Translational Medicine, des chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) lèvent le voile sur une molécule baptisée ALCAM qui, une fois bloquée, freine la progression de la maladie. Les résultats de leurs travaux, menés in vitro chez l’humain et in vivo chez la souris, pourraient permettre la mise au point d’une nouvelle génération de thérapies pour traiter cette maladie auto-immune. (suite…)

Les origines cellulaires de plusieurs tumeurs cérébrales pédiatriques identifiées

Dr Claudia KleinmanUne équipe de recherche dirigée par la docteure Claudia Kleinman, chercheuse à l’Institut Lady Davis de l’Hôpital général juif, la docteure Nada Jabado, de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), et le docteur Michael Taylor, de l’Hôpital pour enfants malades (SickKids), a découvert que plusieurs types de tumeurs cérébrales pédiatriques très agressives et, en fin de compte, fatales apparaissent pendant le développement du cerveau. L’événement génétique qui déclenche la maladie se produit dans les toutes premières phases du développement cellulaire, souvent dans les phases prénatales. Ces conclusions constituent un progrès important dans notre compréhension de ces maladies et sont publiées dans la revue Nature Genetics. (suite…)

Découverte du mode d’activation des récepteurs opioïdes

Louis Gendron - Université de SherbrookeUne étude dirigée par l’Université de Bonn et l’Université ShanghaiTech, en collaboration avec l’Université de Sherbrooke, ouvre la porte à la création de nouveaux analgésiques.

Conjointement avec des collègues universitaires chinois, belges, allemands et américains, l’équipe de chercheurs de l’Université de Sherbrooke (UdeS), dirigée par le directeur du Département de pharmacologie-physiologie, professeur Louis Gendron, a participé à la découverte du mécanisme de liaison d’un important récepteur aux opioïdes. Les résultats devraient faciliter le développement de nouvelles substances actives. Les opioïdes utilisés de nos jours pour traiter les douleurs intenses peuvent créer une dépendance et ont souvent des effets secondaires importants, comme la nausée. Les résultats sont publiés dans la revue renommée Science Advances. (suite…)

Les patients souffrant de troubles de l’humeur et d’anxiété présentent des anomalies similaires dans les circuits de contrôle du cerveau.

Dr. Sophia Frangou. Credit: Paul Joseph/UBC
Sophia Frangou

La Dre Sophia Frangou a récemment été nommée titulaire de la Chaire d’excellence du président de l’UBC en santé du cerveau.

De nouvelles recherches publiées récemment dans JAMA Psychiatry montrent pour la première fois que les patients souffrant de troubles de l’humeur et d’anxiété partagent les mêmes anomalies dans les régions du cerveau impliquées dans le contrôle émotionnel et cognitif.

Les résultats sont prometteurs pour le développement de nouveaux traitements ciblant ces régions du cerveau chez les patients souffrant de troubles dépressifs majeurs, de troubles bipolaires, du syndrome de stress post-traumatique et de troubles anxieux. (suite…)

Les régions du cerveau travaillent ensemble pour accomplir des séquences motrices complexes

Jörn Diedrichsen
Jörn Diedrichsen

De nombreuses compétences, comme la dactylographie, jouer d’un instrument ou faire un nœud, reposent sur des séquences complexes de mouvements. Bien qu’il s’agisse d’activités courantes, les chercheurs en sont encore à découvrir comment le cerveau est capable de planifier et d’exécuter tous les mouvements nécessaires pour accomplir ces tâches et d’autres tâches motrices.

Pour mieux comprendre comment les séquences motrices sont représentées dans le cerveau, Atsushi Yokoi, chercheur au CiNet, National Institute of Information and Communications Technology (NICT), et Jörn Diedrichsen, professseur en neuroinformatique à Western University, ont travaillé ensemble pour tracer les séquences de mouvements des doigts. (suite…)