Des chercheurs canadiens sont les premiers à utiliser les ultrasons pour délivrer un composé qui stimule la communication entre les cellules du cerveau chez les souris atteintes de la maladie d’Alzheimer

Isabelle Aubert
Isabelle Aubert

Isabelle Aubert, chercheuse principale à l’Institut de recherche Sunnybrook, et sa doctorante, Kristiana Xhima, ont dirigé la première étude utilisant des ultrasons focalisés pour délivrer une molécule au cerveau afin de relancer la fonction des neurones vitaux pour l’apprentissage et la mémoire chez les souris atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Une percée qui vise à restaurer la fonction des neurones vitaux pour l’apprentissage et la mémoire

Continuer la lecture

Ralentir la progression de la sclérose en plaques

Alexandre Prat CREDIT: BONESSO-DUMAS
Alexandre Prat
CREDIT: BONESSO-DUMAS

En découvrant une molécule qui freine la progression de la sclérose en plaques, des chercheurs du CRCHUM ouvrent la voie à de nouvelles thérapies pour les 77 000 Canadiens touchés par cette maladie.

Plus de 77 000 Canadiens sont touchés par la sclérose en plaques, une maladie dont les causes demeurent inconnues. Actuellement, ils n’ont aucun espoir de guérison. Dans une étude publiée dans Science Translational Medicine, des chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) lèvent le voile sur une molécule baptisée ALCAM qui, une fois bloquée, freine la progression de la maladie. Les résultats de leurs travaux, menés in vitro chez l’humain et in vivo chez la souris, pourraient permettre la mise au point d’une nouvelle génération de thérapies pour traiter cette maladie auto-immune. Continuer la lecture

Les origines cellulaires de plusieurs tumeurs cérébrales pédiatriques identifiées

Dr Claudia KleinmanUne équipe de recherche dirigée par la docteure Claudia Kleinman, chercheuse à l’Institut Lady Davis de l’Hôpital général juif, la docteure Nada Jabado, de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), et le docteur Michael Taylor, de l’Hôpital pour enfants malades (SickKids), a découvert que plusieurs types de tumeurs cérébrales pédiatriques très agressives et, en fin de compte, fatales apparaissent pendant le développement du cerveau. L’événement génétique qui déclenche la maladie se produit dans les toutes premières phases du développement cellulaire, souvent dans les phases prénatales. Ces conclusions constituent un progrès important dans notre compréhension de ces maladies et sont publiées dans la revue Nature Genetics. Continuer la lecture

Découverte du mode d’activation des récepteurs opioïdes

Louis Gendron - Université de SherbrookeUne étude dirigée par l’Université de Bonn et l’Université ShanghaiTech, en collaboration avec l’Université de Sherbrooke, ouvre la porte à la création de nouveaux analgésiques.

Conjointement avec des collègues universitaires chinois, belges, allemands et américains, l’équipe de chercheurs de l’Université de Sherbrooke (UdeS), dirigée par le directeur du Département de pharmacologie-physiologie, professeur Louis Gendron, a participé à la découverte du mécanisme de liaison d’un important récepteur aux opioïdes. Les résultats devraient faciliter le développement de nouvelles substances actives. Les opioïdes utilisés de nos jours pour traiter les douleurs intenses peuvent créer une dépendance et ont souvent des effets secondaires importants, comme la nausée. Les résultats sont publiés dans la revue renommée Science Advances. Continuer la lecture

Doctorat en Neuroscience de la Vision et Neurophotonique – Université de Montréal

Le laboratoire de neurophotonique de l’École d’Optométrie à l’Université de Montréal utilise différentes approches de neurophysiologie pour permettre l’exploration du cerveau afin de mieux décrire les mécanismes cérébraux permettant la vision. Les approches de neurophotonique sont également utilisées pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques liées aux déficiences visuelles telles que la cécité corticale (à la suite d’AVC) ou encore le développement de neuroprothèses pour la restauration de la vue (œil artificiel).

Le laboratoire offre une position de doctorat rémunérée pour un d’étudiant intéressé par des recherches combinant l’imagerie calcique et l’optogénétique sur des souris réalisant des taches comportementales impliquant la vision. L’objectif est de permettre de mesurer la réorganisation de la cartographie fonctionnelle du cortex visuel et visuomoteur de la souris à la suite de lésion corticale.

Profil du Candidat:

  • Avoir une solide formation dans le domaine de la neurophysiologie in vivo ET/OU des neurosciences comportementales ET/OU de l’ingénierie appliquée aux neurosciences.
  • Maîtrise (ou diplôme équivalent) en science naturelle, médicale et disciplines associées (incluant génie biomédical).
  • Excellente aptitude de communication écrite et orale en anglais ET/OU en français.
  • Être éligible pour le programme de PhD en Science de la Vision : https://admission.umontreal.ca/programmes/doctorat-en-sciences-de-la-vision/
  • Être fonctionnel dans l’analyse de données utilisation du langage de programmation Matlab ou Python

Contacter Matthieu Vanni (matthieu.vanni@umontreal.ca) en joignant un CV et une lettre de présentation.

Les patients souffrant de troubles de l’humeur et d’anxiété présentent des anomalies similaires dans les circuits de contrôle du cerveau.

Dr. Sophia Frangou. Credit: Paul Joseph/UBC
Sophia Frangou

La Dre Sophia Frangou a récemment été nommée titulaire de la Chaire d’excellence du président de l’UBC en santé du cerveau.

De nouvelles recherches publiées récemment dans JAMA Psychiatry montrent pour la première fois que les patients souffrant de troubles de l’humeur et d’anxiété partagent les mêmes anomalies dans les régions du cerveau impliquées dans le contrôle émotionnel et cognitif.

Les résultats sont prometteurs pour le développement de nouveaux traitements ciblant ces régions du cerveau chez les patients souffrant de troubles dépressifs majeurs, de troubles bipolaires, du syndrome de stress post-traumatique et de troubles anxieux. Continuer la lecture

Les régions du cerveau travaillent ensemble pour accomplir des séquences motrices complexes

Jörn Diedrichsen
Jörn Diedrichsen

De nombreuses compétences, comme la dactylographie, jouer d’un instrument ou faire un nœud, reposent sur des séquences complexes de mouvements. Bien qu’il s’agisse d’activités courantes, les chercheurs en sont encore à découvrir comment le cerveau est capable de planifier et d’exécuter tous les mouvements nécessaires pour accomplir ces tâches et d’autres tâches motrices.

Pour mieux comprendre comment les séquences motrices sont représentées dans le cerveau, Atsushi Yokoi, chercheur au CiNet, National Institute of Information and Communications Technology (NICT), et Jörn Diedrichsen, professseur en neuroinformatique à Western University, ont travaillé ensemble pour tracer les séquences de mouvements des doigts. Continuer la lecture

Journée sur la Colline du Parlement de l’ACN – 31 mars 2020 – Appel de participants

L’Association canadienne des neurosciences planifie une journée sur la Colline du Parlement pour plaider en faveur d’une augmentation du financement fédéral de la recherche scientifique grâce à des investissements accrus dans les trois principaux conseils subventionnaires du Canada, les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

L’Association canadienne des neurosciences veut réunir un groupe diversifié de neuroscientifiques sur la Colline du Parlement pour partager leurs expériences avec les députés, les sénateurs et le personnel de la Colline du Parlement. Continuer la lecture

La science n’était pas un enjeu électoral en 2019, mais elle devrait être une priorité pour le prochain gouvernement.

Par Tarik Möröy et Katalin Tóth – publié dans National Newswatch — 25 octobre 2019

Pendant l’élection de 2019, la question du sous-financement de la recherche scientifique au Canada n’a pas été abordée par les principaux partis et leurs dirigeants. Aujourd’hui, les scientifiques d’un bout à l’autre du pays craignent de ne pas avoir l’appui fédéral nécessaire pour faire des découvertes révolutionnaires qui feront avancer le Canada et le monde.

Les investissements en recherche scientifique ne sont pas simplement importants pour les scientifiques, ils ont surtout une incidence sur la vie quotidienne de nous tous. Des traitements novateurs pour guérir les maladies qui touchent des millions de Canadiens aux nouvelles technologies qui pourront nous aider à faire face à la crise climatique mondiale, la recherche scientifique est essentielle pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui et ceux que nos enfants devront affronter. Ces investissements ne sont pas simplement des dépenses, mais contribuent de manière significative à la prospérité de notre pays qui profite de la présence de scientifiques hautement qualifiés et des connaissances qu’ils génèrent pour stimuler l’économie moderne basée sur l’innovation. Continuer la lecture