Les commotions cérébrales déstabilisent l’isolation autour des cellules du cerveau

Alex Rauscher
Alex Rauscher

Des résultats de recherche suggèrent que les athlètes devraient rester sur le banc après une commotion, même s’ils ne présentent plus aucun symptôme.

Des analyses détaillées effectuées à  l’Université de la Colombie-Britannique sur de joueurs de hockey ayant subi une commotion cérébrale ont révélé que le tissu graisseux protecteur entourant les fibres cellulaires du cerveau était déstabilisé deux semaines après la blessure, même si les athlètes se sentaient bien et étaient prêts à retourner sur la glace.

Le relâchement de cette isolation, appelée myéline, ralentit la transmission des signaux électriques entre les cellules du cerveau, appelées neurones. Des chercheurs ont déjà montré chez l’animal que cette myéline relâchée peut se détériorer complètement lors de coups ultérieurs – une affection qui ressemble à la maladie neurodégénérative de la sclérose en plaques.

«C’est la première preuve solide chez l’homme que les commotions cérébrales déstabilisent la myéline», a déclaré Alex Rauscher, professeur agrégé au département de pédiatrie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neuroimagerie développementale. «Et ceci a été détecté deux semaines après la commotion cérébrale, lorsque les joueurs ont déclaré qu’ils se sentaient bien et qu’ils étaient prêts à jouer grâce à des évaluations standard de retour au jeu. Les athlètes semblent donc retourner jouer plus tôt qu’ils ne le devraient. »

Publié ce mois-ci dans Frontiers in Neurology, il s’agit de la troisième étude découlant d’une étude unique avant-après des joueurs de hockey de l’Université de la Colombie-Britannique. Le cerveau des 45 athlètes a été scanné par imagerie par résonance magnétique (IRM) avant le début de la saison; s’ils subissaient une commotion, ils étaient réexaminés trois jours après, deux semaines après et deux mois après. Onze athlètes ont subi des commotions cérébrales au cours de la saison et la plupart d’entre eux ont subi des examens IRM supplémentaires.

L’imagerie IRM conventionnelle – le genre pratiqué dans les hôpitaux pour évaluer les lésions cérébrales – ne révèle pas le desserrement de la myéline. Alex Rauscher et le chercheur postdoctoral Alex Weber ont utilisé l’analyse numérique avancée des scans, à l’aide d’une analyse statistique basée sur les pixels, développée par UBC, pour trouver les changements que l’inspection visuelle ne pouvait révéler.

Une analyse antérieure des scans des athlètes, publiée par Rauscher en 2016, avait montré des modifications de la myéline dans le corps calleux – la partie du cerveau qui aide les deux hémisphères du cerveau à communiquer intérieur du crâne. Mais les chercheurs ne savaient pas si la myéline était diminuée, comme dans la sclérose en plaques, ou altérée d’une autre manière.

La bonne nouvelle est qu’ils ont troué que c’était autre chose: un relâchement temporaire des fibres nerveuses qui connectent les cellules du cerveau. Lorsque les joueurs ont été scannés deux mois après leur commotion cérébrale, leur myéline était redevenue normale.

Mais Weber dit que les résultats fournissent une raison convaincante pour garder les athlètes commotionnés sur le banc même s’ils ne présentent plus aucun symptôme, tel que mesuré par un test standard des capacités cognitives, de l’équilibre, de la coordination et de l’humeur.

 

« Ces résultats montrent qu’il y a des dommages qui se produisent sous la surface au moins deux semaines après une commotion cérébrale », dit Weber. «Passer un test de commotion cérébrale n’est peut-être pas un indicateur fiable de la guérison réelle de son cerveau. Nous pourrions avoir besoin de plus de temps d’attente pour éviter des dommages à long terme. »

Source du texte: UBC news

https://news.ubc.ca/2018/09/04/concussions-loosen-insulation-around-brain-cells/

Traduction :

CAN-ACN

Article de recherche original:

Weber AM, Pukropski A, Kames C, et al. Pathological Insights From Quantitative Susceptibility Mapping and Diffusion Tensor Imaging in Ice Hockey Players Pre and Post-concussion. Frontiers in Neurology. 2018;9:575. doi:10.3389/fneur.2018.00575.