CAN presents neuroscience research at the Parliament Connexion ACN Janvier 2017 elections 2016 Nominations Société royale du Canada Montreal 2017 Matthew Hill nommé Jeune Chercheur de l'ACN 2016 Bravo aux lauréats des prix de promotion des neurosciences rapport sur les affections neurologiques au Canada

 

Nouvelles CAN-ACN

Pouvons-nous éviter les conséquences néfastes de l’anesthésie ?

La chirurgie est une partie intégrante de la médecine moderne que plusieurs prennent pour acquise. Mais comme toute personne qui a subi une opération le sait, elle comporte des risques. Un des plus important – et celui qui est souvent oublié – reste le fait de se « faire endormir » ou l’anesthésie générale.

Comment la solitude mène-t-elle à la dépression ?

« La pauvreté la plus terrible est la solitude, et le sentiment de ne pas être aimé. »         -Mère Teresa

Tout monde vit, à un moment ou à un autre de sa vie, des moments d’isolement social, de solitude.  Pour de courts moments, cette solitude peut être bénéfique et conduire à une régénération émotionnelle ou créative.  Pourtant, lorsque la solitude devient chronique, ses effets peuvent nuire à la santé émotionnelle.

Est-ce qu’un antibiotique pourrait traiter l’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer croit à un rythme sans précédent au Canada. À l’heure actuelle, plus d’un demi-million de personnes souffrent de cette condition invalidante, mais ce nombre devrait presque doubler dans la prochaine génération. Les effets de cette maladie sont tragiques, incluant des pertes de mémoire, mais aussi des changements de comportement, de jugement, et dans le fonctionnement quotidien. Pour cette raison, la compréhension et le traitement de cette maladie sont considérés prioritaires.

Nouvelles de neuroscience

De nouvelles recherches montrent comment les crises épileptiques peuvent causer des accidents vasculaires cérébraux, qui pourraient être évitables

Cam Teskey

Cam Teskey

Les scientifiques identifient le mécanisme de la dysfonction cérébrale qui suit les crises et des médicaments qui pourraient l’empêcher de se produire

Il y a six ans, Cam Teskey, Ph.D., a décidé de suivre une intuition. Armé d’un nouvel outil conçu pour mesurer les niveaux d’oxygène dans les tissus, il voulait regarder les cerveaux des rats pour voir ce qui se passait pendant les crises épileptiques.

L’absence de joie à l’écoute de la musique liée à un manque de connectivité dans le cerveau

Robert ZatorreAvez-vous déjà rencontré une personne que la musique indiffère? Elle pourrait être atteinte de ce qu’on appelle l’anhédonie spécifique à la musique, qui touche de trois à cinq pour cent de la population.

Des chercheurs de l’Université de Barcelone et de l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal de l’Université McGill ont observé chez les personnes qui en sont atteintes une diminution de la connectivité fonctionnelle entre les régions corticales responsables du traitement de l’information sonore et les régions sous-corticales liées à la récompense.

Une percée prometteuse dans le traitement de la SP

Amit Bar-Or

Amit Bar-Or

Un médicament s’avère efficace pour réduire de nouvelles poussées ou une progression des symptômes

Des essais cliniques distincts ont montré l’efficacité d’un médicament appelé ocrelizumab à réduire de nouvelles poussées chez des personnes atteintes de sclérose en plaques (SP) de type cyclique et une nouvelle aggravation des symptômes dans le cas de la SP progressive primaire.

Trois études menées par une équipe internationale de chercheurs, qui compte Amit Bar-Or et Douglas Arnold de l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal de l’Université McGill, ont révélé que l’ocrelizumab peut diminuer considérablement de nouvelles poussées de SP cyclique, et ralentir l’aggravation des symptômes causés par la SP progressive primaire.

Une forme héréditaire de déficience intellectuelle, causée par des mutations dans le gène SYNGAP1, perturbe les connections avec les neurones inhibiteurs

Graziella Di Cristo et Jacques Michaud

Graziella Di Cristo et Jacques Michaud

La déficience intellectuelle se caractérise par une déficience importante des fonctions cognitives et adaptatives et affecte 1 à 3 personnes sur 100 dans le monde. Il y a quelques années, des scientifiques du CHU Ste-Justine ont rapporté pour la première fois que des mutations génétiques du gène SYNGAP1 causaient une forme de déficience intellectuelle souvent associée à des troubles du spectre autistique et à l’épilepsie. Depuis, le séquençage de l’ADN de SYNGAP1 chez plusieurs groupes d’individus atteints de déficience intellectuelle au Canada, aux États-Unis et en Europe a révélé que les mutations pathogènes dans SYNGAP1 sont l’une des causes les plus fréquentes de déficience intellectuelle héréditaire.

Des chercheurs identifient un mécanisme qui conduit à la mort des neurones dans la maladie de Parkinson

Martin LévesqueOn sait que les maladies neurodégénératives, comme le parkinson, provoquent la mort graduelle des neurones du cerveau. Mais quels sont au juste les mécanismes qui se dérèglent et les rouages qui s’enrayent pour entraîner la dégénérescence de ces cellules nerveuses ? Une équipe de chercheurs de la Faculté de médecine et de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec a creusé la question et elle démontre, dans un article paru dans le récent numéro des Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), le rôle clé joué par deux protéines régulatrices dans la cascade de réactions conduisant à la mort des neurones dans la maladie de Parkinson.

Une caméra au service du traitement de la sclérose en plaques

Une caméra 3D se révèle efficace pour mesurer les troubles de la démarche

Un appareil répandu dans les salons du monde entier serait un moyen abordable et efficace d’évaluer les difficultés qu’éprouvent les personnes atteintes de sclérose en plaques à marcher.

La caméra 3D Kinect de Microsoft est utilisée entre autres dans des jeux vidéo de tennis et de danse. Elle peut être associée à une console de jeu Xbox ou à un ordinateur.

Une équipe de l’Université McGill a testé si la Kinect pouvait détecter les différences de démarche entre des personnes atteintes de sclérose en plaques et des sujets en santé. Les chercheurs étaient dirigés par le boursier postdoctoral Farnood Gholami, sous la supervision de Jozsef Kövecses du Département de génie mécanique et du Centre de recherche sur les machines intelligentes, et ils ont collaboré avec la Dre Daria Trojan, physiatre au Département de neurologie et neurochirurgie, qui travaille à l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal.