Une étude BrainsCAN découvre des différences de sensibilité sonore entre les groupes d’âge

Ingrid Johnsrude

Ingrid Johnsrude

Des neuroscientifiques de l’Université Western ont découvert une différence dans la façon dont les adultes jeunes et âgés réagissent aux sons. Dans cette étude BrainsCAN, les chercheurs ont constaté que le cerveau devient plus sensible aux sons à mesure que la personne vieillit, ce qui entraîne probablement des problèmes d’audition au cours de sa vie.

Le boursier postdoctoral Björn Herrmann et la Chaire de recherche en neurosciences cognitive Ingrid Johnsrude, ont examiné les réponses du cortex auditif de participants dans la vingtaine et la soixantaine. Ils ont découvert des différences dans les réponses aux sons faibles et forts. Les résultats ont été publiés dans le Journal of Neuroscience.

“Nous avons examiné les individus plus jeunes et plus âgés qui ont une audition cliniquement normale, et nous avons examiné comment la capacité du cerveau à ajuster sa sensibilité aux niveaux sonores est affectée par le vieillissement”, explique Herrmann, auteur principal de l’étude. «Ce que nous avons observé, c’est que les personnes âgées ne s’adaptent pas aussi bien à leur environnement sonore.»

L’étude a révélé que lorsque les jeunes adultes se trouvent dans un environnement bruyant, comme un concert de rock, leur cerveau devient moins sensible aux sons relativement calmes. Cela permet à l’auditeur d’entendre bien les sons pertinents (comme un riff de guitare) sans être distrait par des sons non pertinents. Cependant, au fur et à mesure que la personne vieillit, les chercheurs ont constaté que les auditeurs plus âgés deviennent trop sensibles aux sons, entendant des sons à la fois silencieux et forts sans pouvoir ignorer ou supprimer les informations auditives non pertinentes. Sans la capacité de réduire la sensibilité aux sons non pertinents, la personne éprouve des difficultés à entendre.

«Lorsque l’environnement sonore est fort, l’activité cérébrale chez les jeunes adultes perd de sa sensibilité aux sons vraiment faibles car ils ne sont pas si importants», explique M. Herrmann. «Alors que les personnes âgées restent sensibles à ces sons relativement faibles, même s’ils ne sont pas importants à ce moment.»

L’étude suggère que cette sensibilité excessive aux sons est une des raisons pour lesquelles les personnes âgées peuvent trouver certaines situations, comme un restaurant bruyant, trop distrayant et désagréable. Cela peut également expliquer pourquoi ils peuvent trouver certains sons plus agaçants.

«C’est une propriété fondamentale du système auditif de pouvoir s’adapter très rapidement à tout environnement dans lequel une personne entre. Si vous ne pouvez plus le faire, alors, dans chaque situation, votre système auditif pourrait être un peu décalé. Cela signifie que les personnes âgées peuvent être facilement distraites et submergées par les sons, ou les trouver trop bruyants », explique Herrmann.

La perte auditive touche 40% des personnes âgées de 50 ans et plus. Une autre recherche de BrainsCAN est déjà en cours pour comprendre comment la sur-sensibilité aux sons dans le cortex auditif chez les personnes âgées affecte les changements neurophysiologiques dans d’autres régions du cerveau.

BrainsCAN est un programme Apogée Canada d’excellence en recherche sur les neurosciences cognitives de 66 millions de dollars.

 

Source du texte: Western University

https://mediarelations.uwo.ca/2018/08/21/brainscan-study-discovers-sound-sensitivity-differences-age-groups/

Traduction : CAN-ACN

Article de recherche original:

Herrmann, Björn & Maess, Burkhard & Johnsrude, Ingrid. (2018). Aging Affects Adaptation to Sound-Level Statistics in Human Auditory Cortex. The Journal of Neuroscience. 38. 1489-17. 10.1523/JNEUROSCI.1489-17.2018.